Atelier de musique à la ferme

SAMEDI 29 MAI

9H15. L’une après l’autre, les voitures prennent le virage pour rejoindre la Perrière.

Ce sont les élèves des cours de musique du Centre Samekh qui arrivent à la ferme, avec leurs parents. On pourrait imaginer qu’ils sont invités à s’informer sur les cultures, les problèmes de climat pour l’agriculture, le fonctionnement du centre de tri ou du moulin nouvellement installé… ? Qu’ils sont invités à participer collectivement à une plantation de quinoa… ?

Rien de tout ça.

Ils viennent à la ferme pour faire des PERCUSSIONS, eh oui !

Un joyeux tintamarre

Percuter, c’est « frapper », « taper », « heurter »… et aussi « tamponner », et pourquoi pas « toucher doucement », caresser, secouer agiter… finalement tout ce qu’on veut, pourvu que ça fasse du bruit ! Et ça ne manque pas ! la chaîne de poulie, les parois, les blocs métalliques, des grilles, des tuyaux, la sonnette du vélo au fond du hangar, rien n’échappe à la découverte et surtout au défoulement généralisé de ce joyeux petit monde.

Un sacré tintamarre, vraiment !

Et qui n’aurait pas cessé de sitôt, sans les conseils avisés de Yannick Oppliger, directeur de la Boîte à Frap de la Chaux-de-Fonds

Yannick était invité ce matin-là par le Centre Samekh à l’occasion de la sortie annuelle de la classe de musique pour nous guider à travers le monde infini des sons et des rythmes.

Et le voilà qui, avec pertinence, humour et délicatesse, parvient peu à peu à faire évoluer l’effrayant brouhaha causé par 30 enfants et adultes – tapant hardiment dans le hangar sur tout et n’importe quoi – vers  une création sonore structurée et, il faut le dire, savamment nuancée.

  • « Si dans un orchestre chacun se mettait à jouer à tue-tête sans se mettre d’accord, comment pensez-vous que ça sonnerait ?? »

  • « Dans une symphonie, on voit bien que tous les registres ne jouent pas tout le temps, parfois, c’est les bois, parfois les cordes, parfois tous ensemble… »

  • « Dans un ensemble, si vous n’entendez pas votre voisin, c’est que vous jouez trop fort.. »

  • Maintenant je vous propose une thème : la nature ?? une entreprise métallurgique ??

Notre chef d’orchestre a – do – ré

Et ainsi de suite, voyageant d’une allusion subtile à des félicitations bienveillantes, Yannick conduit l’ensemble des participants à élaborer une CREATION faite de coups, forts ou légers, rapides ou lents, de tapotis, grincements, frottements, tambourinages et autres chuchotements qui sonnait ma fois fort bien ! Avec les moyens du bord, de l’imagination et beaucoup de curiosité !

Après la pause

 Yannick sort de son camion 18 grands bidons de plastique, (moins sonores que les bidons métalliques) qui avaient servi au transport des olives ou autres délices méditerranéens. Nous les disposons, retournés, en cercle, entre le hangar des machines et l’écurie des chevaux. Le soleil est de la partie, l’ambiance également. Les chevaux se montreront un peu curieux…

Nous tapons à nouveau généreusement avec des bâtons sur le bord de ces instruments insolites… Mais est-ce que ce sont vraiment des instruments ?

Yannick nous fait observer et écouter les 3 sons différents que nous pouvons obtenir… au bord, au centre ou sur le côté du bidon… Ben oui, c’est déjà de la musique ! Et c’est reparti pour la 2ième heure:

  • « tous ensemble, à mon signal, un seul coup… ou deux, ou trois… »
  • « Ce sont nos pas de marche qui nous donnent le tempo »
  • « et maintenant, un coup tous les 2 pas… tous les 4 pas, ça fait des blanches et des rondes » (le solfège, on le comprend mieux quand on vit la musique !!)
  • « Deux fois plus vite… les croches ! Quatre fois plus vite… les doubles-croches
  • « Et maintenant, on peut mélanger tous les rythmes »

Nous imitons, dialoguons, improvisons, allez, on se lâche ! Chacun joue le jeu, y va de sa fantaisie, les timides,  les audacieux, les jeunes, les papas, les mamans, personne ne reste muet ! On se découvre plus musicien qu’on ne croyait, c’est magique ! Et les remarques fusent :

  • « Ca fait trop du bien !! »
  • « Je ne m’en croyais pas capable »
  • « Quelle énergie, quelle belle masse sonore »…

Il nous reste à remercier la famille Robert – Leuba pour la mise à disposition des lieux un matin où l’activité de la ferme est intense… c’est jour des foins.

A remercier Yannick pour son entrain, pour sa remarquable pédagogie du geste et de l’écoute et pour la joie qu’il transmet avec des moyens plus que rudimentaires !

A féliciter les acteurs pour leur belle spontanéité et leur participation.

Nous avons appris ce matin-là que la musique est partout autour de nous… que tout peut être prétexte à créer une ambiance, une image, un dialogue sonores… avec des objets, des oreilles, des gestes, de la curiosité et….

                                                                                                                                                    Le 30 mai 21

                                                                                                                                                                  Josianne